Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 92.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ces terreurs sont de toutes les époques agitées. Mon fils me rappelait tantôt qu’il y a une vingtaine d’années il avait été arrêté à Boussac précisément ; j’avais oublié les détails, il les raconte à la veillée. Ils étaient partis trois, juste comme les trois Prussiens vus en imagination ces jours-ci sur les pierres jaumâtres, et c’est aux pierres jaumâtres qu’ils avaient été faire une excursion. Autre coïncidence bizarre, un des deux compagnons de mon fils était Prussien. — Comment ? dit Léonie, un Prussien !

— Un Prussien dont l’histoire mérite bien d’être racontée. C’était le docteur M…, qui, à l’âge de dix-neuf ou vingt ans, avait été condamné à être roué vif pour cause politique. Les juges voulurent bien, à cause de sa jeunesse, prononcer qu’il serait roué de haut en bas. Le roi fit grâce, c’est-à-dire qu’il commua la peine en celle de la prison à perpétuité, et quelle prison ! Après dix ans de carcere duro, — je ne sais comment cela s’appelle en allemand, — M… fut compris dans une sorte d’amnistie et accepta l’exil avec joie. Il vint en France, où il passa plusieurs années, dont une chez nous, et c’est à cette époque qu’en compagnie de Maurice Sand et d’Eugène Lambert, ce digne et cher ami faillit encore tâter de la prison… à Boussac ! A cette époque-là, on ne songeait guère aux Prussiens. Une série inexpliquée d’incendies avait mis en émoi, on s’en souvient, une partie de la France. On voyait donc partout des incendiaires et on arrêtait tous les passans. Justement M… avait sur lui un guide du voyageur, et les deux autres prenaient des croquis tout le long du chemin. Ils avaient tiré de leurs sacoches un poulet froid, un pain et une bouteille de vin ; ils avaient déjeuné sur la grosse pierre du mont Barlot, ils avaient même allumé un petit feu de bruyères pour invoquer les divinités celtiques, et Lambert y avait jeté les os du poulet pour faire honneur, disait-il, aux mânes du grand chef que l’on dit enseveli sous la roche. On les observait de loin, et, comme ils rentraient pour coucher à leur auberge, ils furent appréhendés par six bons gendarmes et conduits devant le maire, qui en reconnaissant mon fils se mit à rire. Il n’en eut pas moins quelque peine à délivrer ses compagnons ; les bons gendarmes étaient de mauvaise humeur. Ils objectaient que le maire pouvait bien reconnaître un des suspects, mais qu’il ne pouvait répondre des deux autres. Je crois que le sous-préfet dut s’en mêler et les prendre sous sa protection.

J’ai enfin dormi cette nuit. L’orage a passé ici sans donner une goutte d’eau, tout est plus sec que jamais. L’eau à boire devient tous les jours plus rare et plus trouble. Le soleil brille toujours plus railleur, et le vent froid achève la besogne. Ce climat-ci est sain, mais il me fait mal à moi ; j’adore les hauteurs, mais je ne puis vivre