Page:Revue des Deux Mondes - 1871 - tome 94.djvu/563

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


RÉCITS D’UN SOLDAT [1]

UNE CAMPAGNE DEVANT PARIS.

L’aspect de la grande ville était changé. Ce n’était déjà plus le Paris que j’avais quitté. Il y avait un air d’effarement partout; les ménagères couraient aux provisions; on chantait encore la Marseillaise, mais d’une voix moins haute ; on savait à quel ennemi on avait affaire. Cependant l’orgueil national, l’orgueil parisien, pourrais-je dire, se tendait. On avait été battu, c’est vrai, mais sous les murs de la grande ville on pouvait, on devait vaincre. La population tout entière était debout, elle avait des armes. La bourgeoisie et le peuple semblaient ne faire qu’un. Les remparts et les forts se hérissaient de canons. Le tambour battait, le clairon sonnait; on faisait l’exercice sur toutes les places. Et puis la république n’avait-elle pas été proclamée? C’était la panacée; quelques-uns même, les enthousiastes, s’étonnaient que l’armée du prince royal ne se fût pas dispersée aux quatre vents à cette nouvelle. Ce miracle ne pouvait tarder. D’autres, il est vrai, mais n’osant pas exprimer leur sentiment, estimaient que c’était un désastre, et que ce mot seul paralyserait la défense en province. Que d’orages d’ailleurs dans ces quatre syllabes qui portaient la marque de 93! mais cela était en dessous et ne se faisait jour que dans les conversations intimes. Le peuple, qui ne travaillait plus et jouait au soldat, agitait ses fusils à tabatière. Il y avait une grande effervescence. Le gouvernement du 4 septembre n’avait qu’à commander; il était obéi. On attendait avec anxiété, avec une impatience fiévreuse où il y avait de la joie, le retentissement du premier coup de canon. On l’entendit, et la

  1. Voyez la Revue du 1er juillet.