Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 105.djvu/601

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nos voisins, s’ouvre sur l’Atlantique entre le Land’s End et notre île d’Ouessant, où il couvre une surface considérable ; mais il ne tarde point à se rétrécir, serré qu’il est en quelque sorte entre les côtes de la France et celles de la Grande-Bretagne. Si la traversée dure peu, en revanche elle est quelquefois pénible. D’âpres coups de vent s’engouffrent à certains jours dans cet étroit goulot. On a vu de vieux capitaines, de vrais loups de mer qui avaient fait le tour du monde et qui ne bronchaient point devant les furieuses secousses d’un navire, être tout à coup malades sur la Manche ; il fallait alors les entendre jurer de par tous les diables de l’abîme contre ce méchant ruisseau d’eau salée. Quoique de Calais à Douvres le trajet se fasse maintenant en une heure vingt minutes quand la mer est favorable, on perd toujours du temps à transborder les bagages, à faire passer les voyageurs des wagons dans le bateau ; or pour l’Anglais le temps, c’est de l’argent. N’y aurait-il donc point avantage à supprimer le détroit ? Plus de solution de continuité : un trait d’union souterrain. Quand on se propose de battre un ennemi, il faut d’abord l’étudier ; aussi l’ingénieur s’est-il appliqué à reconnaître le channel. Le lit des eaux a été sondé, examiné à l’aide des meilleurs appareils ; on sait aujourd’hui que le fond se compose d’une épaisse masse de terrain crétacé inférieur. Cette couche de craie a l’avantage d’être exempte de silex noirs. La plus grande profondeur des eaux est de 55 mètres, et elle va toujours s’atténuant vers les côtes. On tremble d’abord à l’idée d’un chemin de fer circulant dans la nuit sous la mer et la terre : de tels obstacles sont-ils pourtant invincibles ? Il a été résolu de percer le tunnel à 60 mètres au-dessous du lit du détroit : de cette manière, la pression des eaux n’équivaudrait guère qu’à moitié de la pression des couches solides. Avec une pareille voûte au-dessus de la tête, on peut se croire bien à couvert. La mer aurait beau gronder, rouler ses galets sur le sable avec un bruit de chaînes, disperser ses colères à la surface, appeler à son secours les vents et les tempêtes pour la venger de l’audacieux chauffeur qui aurait pris avec elle de telles libertés, où serait le moyen d’atteindre le train en mouvement et de l’engloutir ? Il n’y a qu’un danger sérieux, celui d’une fissure dans le plafond supportant la masse des eaux ; mais un tel accident est très peu à craindre, si l’on considère l’épaisseur de cette crypte et la nature compacte de la craie grise. Sans doute la Tamise n’est point la mer ; qui ne se souvient pourtant des terreurs qu’inspirait autrefois le Thames tunnel ? Aujourd’hui, c’est une sorte de bazar, presque un lieu de plaisir où à certains jours on fait de la musique.

Le tunnel de la Manche parcourrait 34 kilomètres environ ; il