Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 105.djvu/676

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MARJORIE DAW

Il y a plusieurs années déjà qu’une tendance croissante de la littérature américaine vers l’humour était signalée dans la Revue [1]. Un juge compétent s’étonnait du goût très particulier du peuple le plus industriel et le plus positif du monde pour la forme d’esprit la plus légère et la plus fantasque, il l’expliquait par une erreur commune à l’amour-propre qui fait que chacun de nous aspire plus spécialement aux succès pour lesquels la nature ne l’a pas créé. Peut-être sur ce point avait-il tort. Les vaillans et généreux colons qui, précédant les chercheurs d’or, allèrent fonder sur un rivage lointain le modèle des démocraties, emportèrent de leur pays, avec les mœurs et les idées puritaines qui dominent encore dans la Nouvelle-Angleterre, cette qualité anglaise par excellence qui fit la gloire des Swift, des Sterne, des Addison, et qui depuis la mort de Charles Lamb paraît avoir décidément émigré en Amérique. Il est vrai que les dissonances et les incongruités, qu’un goût sévère peut relever même dans les essais célèbres du XVIIe et du XVIIIe siècle, se sont exagérées sur ce sol neuf, où il semble que toutes les semences, de quelque part qu’elles viennent, germent et se développent avec une sorte de fougue. Dans l’ouest surtout, l’humour, sous l’influence du mélange des races et des goûts plus énergiques que raffinés de la population des mines, s’écarta sensiblement de l’exemple anglais ; il descendit souvent par toutes les nuances du plus effronté néologisme jusqu’à la charge la plus vulgaire. La verve spirituelle d’un Mark Twain, le génie d’un Bret Harte, ont réussi cependant à ennoblir cette littérature naissante, encore barbare ; nous en avons donné ici la preuve. Avec M. Aldrich, on se trouve dans des régions toutes différentes, où l’air est plus aisément respirable pour des poumons civilisés, — dans cette Nouvelle-Angleterre où l’humour fleurit tout aussi caractéristique, bien que moins original peut-être, modifié par le goût, par des traditions

  1. Voyez dans la livraison du 15 juillet 1860 la Fantaisie aux États-Unis, par M. E. -D. Forgues.