Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 106.djvu/503

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FREDERIC-GUILLAUME IV
ET LE
BARON DE BUNSEN

I.
LES AFFAIRES DE SUISSE ET LA PRINCIPAUTÉ DE NEUFCHATEL

Aus dem Briefwechsel Friedrich Willielms IV mit Bunsen, von Leopold von Ranke, 1 vol. in-8° ; Leipzig 1873.


Un célèbre historien allemand, M. Léopold de Ranke, vient de publier une correspondance extrêmement curieuse entre le roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV et le baron de Bunsen, son ambassadeur auprès de la reine d’Angleterre. On sait quelle réputation a laissée le roi de Prusse Frédéric-Guillaume IV ; esprit d’élite, âme profondément chrétienne, intelligence initiée à tous les secrets des lettres et des arts, il passait pour le caractère le plus irrésolu. Cette imagination enrichie par une culture si savante convenait peu, disait-on, au gouvernement d’un état comme la Prusse dans un temps de révolutions violentes et de problèmes hasardeux ; les Prussiens de la Prusse et les Prussiens de l’Allemagne, je veux dire les partisans de l’unité germanique dans tous les états de l’ancienne confédération, lui reprochaient amèrement d’avoir manqué par timidité les occasions les plus favorables à leur cause. On aimait à le représenter comme un rêveur, bien plus, comme une sorte de mystique, artiste et docteur illuminé, qui ne songeait qu’à la restauration d’un moyen âge théocratique au moment où la