Page:Revue des Deux Mondes - 1873 - tome 107.djvu/517

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES
TSARINES DE MOSCOU
ET LA SOCIETE RUSSE A L'EPOQUE DE LA RENAISSANCE

I. Zabiéline : — I. Domachnyi byt rousskikh tsarits v XVI i XVII st. (Vie privée des tsarines russes au XVIe et au XVIIe siècle), Moscou 1869. — II. Domachnyi byt rousskikh tsaret, etc. (Vie privée des tsars de Russie au XVIe et au XVIIe siècle), Moscou 1872. — III. Opyty izoutchénia rousskikh drevmosteï i istorii (Essais d’enseignement des antiquités et de l’histoire russes), 2 vol., Moscou 1872 et 1873.

Parmi les œuvres que la Russie contemporaine peut opposer avec le plus d’avantage à l’érudition de l’Occident, il faut compter les deux volumineux ouvrages de M. Zabiéline sur la vie privée des tsars et des tsarines de Russie pendant les siècles de François Ier et de Louis XIV. Pour nous présenter un tableau fidèle de l’ancienne Russie, l’écrivain a dû se livrer à d’immenses recherches. Les registres des administrations d’autrefois, les livres de comptes de la famille impériale, les listes de leurs serviteurs, les actes de la police palatine, les règlemens d’étiquette et de préséances, jusqu’aux moindres notes oubliées dans le recoin le plus poudreux des archives, il a tout interrogé. Il s’en est servi pour commenter les récits des voyageurs et des ambassadeurs occidentaux, suivant ainsi jour par jour la vie des anciens souverains de la Russie ; il a noté par roubles et par kopecks leur dépense quotidienne, et poussé jusqu’à la dernière limite l’exactitude scientifique et l’indiscrétion posthume. Ses œuvres ne sont peut-être pas d’une lecture très facile. Autant qu’il est en lui, M. Zabiéline ne veut pas qu’il nous reste de doute sur aucun point : il nous a comblés de preuves, il veut nous en accabler. Rien ne lui échappe : ameublemens