Page:Revue des Deux Mondes - 1876 - tome 16.djvu/367

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE
COMTE DE CAVOUR
ETUDE DE POLITIQUE NATIONALE ET PARLEMENTAIRE

I. Il conte di Cavour, ricordi biografici, par Giuseppe Massari, 1 vol. in-8°. — II. Discorsi parlamentari del conte Camillo di Cavour, raccolti e publicati per ordine della camera dei deputati, 12 vol. — III. Le comte de Cavour, récits et souvenirs, par M. W. da La Rive, 1 vol. in-8°, etc. — IV. Documens inédits, etc.

IV.
LA GUERRE DE 1859. — CAVOUR ET LA PAIX DE VILLAFRANCA. [1]


Au moment où le drame national de l’Italie va se précipiter, qu’on remette par la pensée deux dates en présence. Le 23 mars 1849, le Piémont tombe vaincu sur un champ de bataille, n’ayant plus dans la main qu’un tronçon d’épée et un drapeau. Il n’a pas d’alliés ; c’est à peine s’il lui reste quelques amis plus disposés à blâmer ses témérités ou à s’apitoyer sur ses mésaventures militaires qu’à le secourir. L’Autriche triomphe par les armes, la réaction triomphe par la logique invariable des révolutions désordonnées. Tout semble perdu pour longtemps au-delà des Alpes. Aux premiers jours de 1859, tout est regagné, tout a changé. La cause de l’Italie a conquis l’attention de l’Europe, elle s’impose aux gouvernemens comme à l’opinion. C’est l’œuvre de la politique inaugurée à Turin,

  1. Voyez la Revue du 15 mars, du 15 avril et du 1er juin.