Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/21

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au premier essai d’administration, ils furent épouvantés de leur nullité et avec inquiétude ils regardèrent autour d’eux, cherchant un fonctionnaire, un employé, moins que cela, un garçon de bureau oublié à Paris qui pût leur dire « comment on devait faire. » Presque tous les employés avaient suivi leurs chefs à Versailles ; la commune en fut exaspérée ; elle tournait dans son propre vide, s’irritait des obstacles, et ne sachant les vaincre ou les tourner, essayait de les briser par la violence. A bien des fonctionnaires réguliers, on fit des offres à l’oreille : Restez avec nous, vous n’aurez pas à vous en repentir. J’ai raconté que le général Duval, délégué militaire à la préfecture de police, chercha par tous les moyens possibles à s’attacher M. Claude, chef du service de la sûreté, avant de se résoudre à l’envoyer à la prison de la Santé. Un architecte célèbre, membre de l’Institut, fut forcé de s’adresser à Léo Franckel pour se faire restituer des clés que Dardelle lui avait indûment enlevées et dont il avait besoin. Franckel était alors délégué au ministère des travaux publics. C’était un ouvrier bijoutier, né à Buda-Pesth, affilié à l’Internationale, sectaire socialiste, naturellement brutal, volontairement grossier, et affectant de tutoyer tout le monde. Il fut, par exception, d’une courtoisie remarquable avec l’architecte, fit droit immédiatement à sa réclamation, et tenta de l’entraîner dans la bacchanale démagogique dont il était un des coryphées. Il lui disait : « Nous manquons d’hommes, nous n’avons affaire qu’à des brutes, et c’est ce qui nous empêchera d’atteindre le but très élevé que nous poursuivons ; si nous avions avec nous des gens comme vous, monsieur, pour nous aider de leurs conseils et nous assister de leur expérience, nous serions certains de réussir, et l’humanité nous en garderait une éternelle reconnaissance. » L’architecte feignit de ne pas comprendre, salua et se retira sans mot dire. Rossel a constaté la même pénurie ; en haut, des rêveurs malfaisans qui ne savent trop ce qu’ils veulent ; en bas, des instrumens à peine dégrossis qui fonctionnent naturellement à rebours du mouvement qu’on leur imprime. Si la commune n’était morte d’un accès d’épilepsie, elle aurait certainement péri d’inanition, par le seul fait de sa propre stérilité.

Ces hommes, qui ne savaient libeller ni un passeport, ni un ordonnancement sans être obligés de demander des conseils, n’eurent besoin d’aucun avis pour attaquer l’église. Là il n’y avait rien à faire qu’à renverser, et ils y excellaient. Fermer les églises au culte et les ouvrir aux clubs, les dépouiller, emprisonner les prêtres et les fusiller, en vérité c’était facile, et c’est là une tâche dont ils s’acquittèrent en maîtres. Ce fut une persécution, elle eut ses martyrs ; mais il est impossible, encore à l’heure qu’il est, de deviner