Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/273

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE
GUERRE SERVILE
EN RUSSIE

LA REVOLTE DE POUGATCHEF

Les biographes de Pouchkine racontent que l’empereur Nicolas, voulant guérir le poète d’un libéralisme trop ardent, lui demanda d’écrire l’histoire de la révolte de Pougatchef. Le souverain comptait que l’écrivain prendrait au spectacle de l’anarchie, comme le Spartiate à la vue de l’ilote ivre, le dégoût de son idéale passion. Pouchkine se mit à la tâche avec le feu et le zèle qu’il apportait à tout travail ; il parcourut les provinces, théâtre de l’orgie sanglante, compulsa les documens officiels, interrogea les témoins survivans. En possession de ces élémens d’étude, il se trouvait entre un double danger : un esprit faible, trop fidèle à la direction qu’on voulait lui imprimer, eût pris peur et horreur de la liberté populaire, déshonorée à ses yeux par des turpitudes sans nom ; un esprit faux eût cédé à la tentation de poétiser le héros de la tragédie, de lui donner l’auréole que les dramaturges de notre temps ne marchandent guère aux bandits romantiques. Par bonheur, Pouchkine avait le jugement fort et droit ; ceux qui l’ont pratiqué savent à quel degré cet heureux génie unit les dons souvent contraires d’une