Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


au gouvernement. Je suis heureux d’être chargé de vous annoncer ce témoignage de son estime et de sa confiance.

« Agréez, madame, l’hommage de mon respect. »

C’est ainsi que nous nous trouvâmes installés dans cette singulière cour. Quoique Bonaparte eût montré de la colère à cette époque, si l’on se fût avisé de ne point croire à la sincérité de ses paroles qui étaient alors toutes républicaines, cependant chaque jour il inventait quelques nouveautés dans sa manière de vivre, qui donnèrent bientôt au lieu qu’il habitait de grandes ressemblances avec le palais d’un souverain. Son goût le portait assez vers une sorte de représentation, pourvu qu’elle ne gênât guère ses allures particulières ; aussi faisait-il peser sur ceux qui l’entouraient la charge du cérémonial. D’ailleurs il était convaincu qu’on séduit les Français par l’éclat des pompes extérieures. Très simple sur sa personne, il exigeait des militaires un grand luxe d’uniforme. Il avait déjà mis une distance marquée entre lui et les deux autres consuls ; et de même que dans les actes du gouvernement, après avoir employé ce protocole : par arrêté des consuls, etc., on ne voyait à la fin que sa signature seule, de même il tenait seul sa cour, soit aux Tuileries, soit à Saint-Cloud, recevait les ambassadeurs avec les cérémonies usitées chez les rois, ne paraissait en public qu’accompagné d’une garde nombreuse, ne permettait à ses collègues que deux grenadiers devant leur voiture, et enfin commençait à donner à sa femme un rang dans l’état.

Au premier instant, nous nous trouvâmes dans une position assez délicate qui avait pourtant quelques avantages. La gloire militaire et les droits qu’elle donne parlaient haut aux oreilles des généraux et des aides de camp qui entouraient Bonaparte. Ils étaient portés à croire que toutes les distinctions devaient leur appartenir exclusivement. Cependant le consul, qui appréciait toutes les conquêtes, et qui avait pour plan secret de gagner chacune des classes de la société, contrariait peu à peu les idées de ses gens d’épée, en attirant par des faveurs ceux qui tenaient à d’autres états. De plus, M. de Rémusat, homme d’esprit, d’une instruction remarquable, entendant à merveille, sachant très bien répondre, supérieur par sa conversation à ses collègues, fut promptement distingué de son maître, habile à découvrir dans chacun ce qui lui était utile. Bonaparte aimait assez qu’on sût pour lui ce qu’il ignorait. Il trouva dans mon mari la connaissance de certains usages qu’il voulait rétablir, un tact sûr de toutes les convenances, les habitudes de la bonne compagnie ; il indiquait rapidement ses projets, il était entendu sur-le-champ et tout aussi promptement servi. Cette manière inusitée de lui plaire donna d’abord quelque ombrage aux militaires ; ils pressentirent qu’ils ne seraient plus les seuls favorisés,