Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 34.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


positif, marchant toujours nettement de conséquence en conséquence, et ne voulant jamais reconnaître le pouvoir de l’imagination sur la marche d’aucune des idées humaines. Bonaparte se plut à contrarier ce système. En laissant aller sa propre imagination a tout l’essor qu’elle voulut prendre, et dans ce cas elle le menait loin, il aborda tous les sujets, s’éleva très haut, se perdit quelquefois, se divertit fort de la fatigue qu’il donnait à l’esprit de l’abbé, et fut réellement très intéressant. Le lendemain, il parla avec plaisir de cette soirée, et déclara qu’il en voulait encore de semblables. Une pareille réunion fut donc fixée à quelques jours de là. Je ne sais plus quel est le personnage qui commença à s’exprimer avec assez de force sur la liberté de penser et d’écrire, et sur les avantages qu’elle avait pour les nations. Cela amena un genre de discussion un peu plus gêné que la première fois, et le consul demeura dans de longs silences qui jetèrent le froid dans l’assemblée. Enfin, dans une troisième soirée, il parut plus tard, il était rêveur, distrait, sombre, et ne laissa échapper que quelques paroles rares et coupées. Tout le monde se tut et s’ennuya, et le lendemain Bonaparte nous dit qu’il ne voyait rien à tirer de tous ces gens de lettres, qu’on ne gagnerait point à les admettre dans l’intimité, et qu’il ne voulait plus qu’on les invitât. Il ne pouvait supporter aucune contrainte, et celle de se montrer affable et de bonne humeur à jour et à moment fixes lui parut promptement une gêne qu’il s’empressa de secouer.

Dans cet hiver moururent deux académiciens distingués, MM. de La Harpe et de Saint-Lambert. Je regrettai fort le dernier, parce que j’étais très attachée à Mme d’Houdetot, avec laquelle il était lié depuis quarante ans, et chez laquelle il mourut. La maison de cette aimable vieille réunissait la plus agréable et la meilleure société de Paris. J’y allais fort souvent, et j’y trouvais les restes d’un temps qui alors semblait s’échapper sans retour, je veux dire celui où on savait causer d’une manière agréable et instructive. Mme d’Houdetot, étrangère par son âge et par le plus charmant caractère à tout esprit de parti, jouissait du repos qui nous était rendu, et en profitait pour réunir chez elle les débris de la bonne compagnie de Paris, qui venait avec empressement soigner et amuser sa vieillesse. J’aimais fort à aller chez elle me reposer de la contrainte tendue où l’exemple des autres et l’expérience que je commençais à acquérir me tenaient dans le salon des Tuileries.

Cependant on commençait à murmurer tout bas que la guerre pourrait bien se rallumer avec les Anglais. Des lettres secrètes sur quelques entreprises tentées dans la Vendée furent publiées. On semblait y accuser le gouvernement anglais de les soutenir, et