Page:Revue des Deux Mondes - 1879 - tome 36.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en particulier n’avait pas conçu qu’il était juste de faire pour tous ce que tous s’accordaient à faire pour lui ? Je questionne toujours, je ne prononce pas [1]. »

Sur l’origine des idées morales attribuée à la force ou à un contrat consenti par les intérêts ou aux lois positives, la thèse d’Helvétius est celle de son siècle plutôt que la sienne propre. Mais là où l’auteur de l’Homme déploie sa plate originalité, c’est dans ses théories sur la faculté inventive, le sens des découvertes et le génie. C’est là aussi qu’il faut contempler Diderot dans la splendeur de sa verve, dans tout l’éclat du bon sens. La théorie d’Helvétius est des plus simples. Tout esprit étant égal par nature, puisque tout esprit se réduit aux cinq sens, la supériorité d’une intelligence n’est qu’une résultante des circonstances jointes à l’émulation. C’est le désir de s’illustrer qui crée les talens ; les accidens heureux leur en donnent l’occasion.

Une série d’anecdotes arrivent à l’appui de cette thèse. C’est Vaucanson, enfant, enfermé par sa mère dans une cellule à laquelle la salle de l’horloge servait d’antichambre. Désœuvré, il pleurait d’ennui. Dans cet état, où il n’est point de sensations indifférentes, le jeune captif frappé du mouvement toujours égal d’un balancier, veut en connaître la cause, sa curiosité s’éveille, il devient inventeur… — C’est Milton chez qui un hasard de la même espèce allume le génie. Si Shakspeare eût, comme son père, été toujours marchand de laine, si sa mauvaise conduite ne l’eût forcé de quitter son commerce et sa province, s’il ne se fût point associé à des libertins… et qu’enfin, ennuyé d’être un acteur médiocre, il ne se fût point fait auteur, l’insensé Shakspeare n’eût jamais été le célèbre Shakspeare. Corneille aime, il fait des vers pour sa maîtresse, il devient poète compose Mélite, puis le Cid. Le grand-père de Molière aimait la comédie, il y menait souvent le jeune Poquelin. Le père, voyant que c’était une occasion de dissipation, demande en colère si l’on veut faire de son fils un comédien : « Plût à Dieu, répond le grand-père, qu’il fût aussi bon comédien que Monrose ! » Ce mot frappe le jeune Molière ; il prend en dégoût son métier, et la France doit son plus grand comique au hasard de cette réponse.

Cette basse et vulgaire explication du génie met Diderot hors des gonds. Il y revient en vingt endroits de son livre, toujours avec des argumens nouveaux, plus vifs, plus pressans. J’ai rangé quelques-uns de ces argumens en une sorte de discours continu, où j’ai dû mettre ce qui fait défaut, l’ordre et la liaison, en y conservant autant que possible le mouvement et les images, qui sont fort belles ; « Mon cher philosophe, ne dites pas que l’émulation crée le génie.

  1. Page 396.