Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 37.djvu/870

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA
RÉGION DU BAS RHÔNE


I.
LE PAYS DU SEL ET LE CANAL DE BEAUCAIRE À LA MER

I.

De toutes les grandes industries humaines, l’une des plus anciennes, celle des transports, est aussi celle qui a exercé le plus d’influence sur la marche de la civilisation et de la fortune publique. L’amélioration progressive des routes, des cours d’eau, des voies de communication de toute nature, et la mise en œuvre de tous les engins de locomotion, sont aujourd’hui pour l’homme un thème inépuisable de savantes études, en même temps qu’un légitime sujet d’orgueil. Lorsqu’il considère les progrès accomplis, les perfectionnemens obtenus, les difficultés aplanies ou surmontées, il a le droit, que d’ailleurs il ne se fait pas faute d’exercer, de s’enivrer de tous ses succès et de célébrer les merveilleuses conquêtes de la science moderne. Il serait juste cependant de faire aussi la part du passé. Quelques transformations qu’ait subies cet immense capital de routes, de chemins et de canaux qui constitue notre outillage de transports, on doit moins le considérer comme une invention d’hier que comme un héritage séculaire. Les générations qui nous ont précédés ont frayé les routes que nous suivons aujourd’hui. Les conditions fondamentales de la circulation n’ont