Page:Revue des Deux Mondes - 1880 - tome 39.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’Ile de Gaule et de ce delta, quant aux dimensions et même à la forme dont parle Polybe, n’a rien de paradoxal. M. Maissiat a négligé dans ses calculs cette observation pourtant très importante, et voulant absolument que son héros ait passé par Chambéry et le Mont-Cenis, il lui fait traverser une seconde et une troisième fois le Rhône, chose très invraisemblable, entièrement inconnue de ses historiens, et qui pourtant aurait dû les frapper beaucoup.

Nous nous rangeons donc sans hésiter, après comparaison, à l’opinion du commandant Hennebert. C’est par les emplacemens que marquent aujourd’hui les noms d’Orange, Montélimar, Livron, Châteauneuf-d’Isère et enfin Cularo ou Grenoble, que l’armée d’Hannibal dut passer en se rapprochant toujours plus du point où elle devait attaquer directement le massif des Alpes. L’Ile de Gaule est décidément le pays compris entre ces montagnes, l’Isère et le Rhône. Les variantes des textes de Polybe et de Tite Live sont des fautes de copistes qui ne préjugent rien en faveur de la Saône et qui s’expliquent aisément par les règles reconnues en paléographie. Hannibal n’a pas remonté le Rhône jusqu’à Lyon, et c’est la vallée de l’Isère qui lui a servi de vestibule pour pénétrer dans le mystérieux palais des Matrones ou divinités des montagnes. Les Dames blanches, graves et silencieuses, contemplaient leurs étranges visiteurs au teint bronzé et leur inspiraient certainement plus d’effroi que d’audace.


V.

Le lendemain du jour où il avait passé le Rhône, Hannibal avait vu arriver un petit chef de la Gaule italienne, Magil ou Magal, suivi d’un certain nombre de ses compatriotes, et qui venait lui apporter des nouvelles de ce qui se passait outre monts ; en même temps il lui offrait le concours de son expérience et de sa connaissance du pays. Comme les Magelli, — car le nom propre de ce chef semble n’être qu’un nom ethnique, — habitaient la vallée du Chisone, c’est un indice qui nous fait prévoir la direction qu’Hannibal suivra pour descendre en Italie et venir camper aux alentours de Turin. Cet incident prouve aussi qu’Hannibal avait pris ses précautions. Évidemment cette rencontre avec le chef gaulois était préméditée. Nous allons voir une preuve nouvelle des efforts d’Hannibal pour diminuer toujours de plus en plus les chances du hasard dans son audacieuse expédition.

Dans l’Ile, il imposa la paix en replaçant au rang suprême le chef allobroge que Tite Live nomme Brancus et que son frère aîné voulait supplanter. Hannibal accomplit cette œuvre de médiation