Page:Revue des Deux Mondes - 1881 - tome 46.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ment patriotique, l’éloquence, la puissante et droite raison. C’est le point culminant de ces deux grandes carrières.

Depuis dix ans, M. Dufaure, toujours appelé ou rappelé dans les momens difficiles, a été garde des sceaux, président du conseil avec M. Thiers, avec M. le maréchal de Mac-Mahon, avant et après le vote de la constitution. Il a été un des organisateurs, un des vigoureux défenseurs de la république conservatrice et libérale contre ceux qui la repoussaient sans pouvoir faire la monarchie et contre ceux qui l’auraient précipitée dans des convulsions nouvelles. Il se retirait définitivement des affaires, on le sait, à l’avènement de M. Jules Grévy à la présidence, et il donnait pour motif qu’à une situation nouvelle il fallait des hommes nouveaux ; mais, dans la retraite comme au pouvoir, il était la sagesse vivante, l’intégrité faite homme, la raison personnifiée toujours au service de la liberté et du droit, sans lesquels il ne voyait pas de république possible. A voir, il n’y a que peu de temps encore, cette robuste et saine nature, on ne pouvait soupçonner que M. Dufaure, malgré son grand âge, fût foi près de sa fin. Il s’est éteint paisiblement, sans trouble, en homme de bien qui a mérité, selon le mot de M. Royer-Collard, plus que la popularité, — la considération, — et qui laisse le souvenir d’un des plus intègres et des plus fidèles serviteurs de la France.

CH. DE MAZADE.





LE MOUVEMENT FINANCIER DE LA QUINZAINE




La liquidation du 15 juin a causé aux spéculateurs à la hausse une surprise agréable. Ils s’attendaient à payer de 6 à 7 pour 100 sur leurs valeurs favorites. L’argent s’est offert avec une telle abondance que le taux moyen des reports s’est abaissé à 5 pour 100 environ.

Quelles conséquences pouvait-on tirer de cette facilité inattendue de l’argent ? La détente très réelle dans le prix du loyer des capitaux constituait-elle un fait naturel, ayant quelque chance de durée, promettant une bonne liquidation de fin de mois ? ou bien était-elle un pur accident ? Quelques personnes n’ont pas été éloignées de croire que ce n’était même pas un accident fortuit, que les banquiers et les établissemens de crédit qui réalisent de si gros profits en reportant des monceaux de rentes et de valeurs, avaient facilité cette liquidation de quinzaine afin de fournir quelque encouragement à la spéculation à la hausse, avec la ferme intention d’ailleurs de tendre de nouveau les conditions du crédit à la fin du mois et de reporter à très haut prix tous les enga-