Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 51.djvu/701

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Gymnase : Madame Caverlet (reprise). — Gaîté. : la Dame aux camélias (représentation extraordinaire). — Vaudeville : un Mariage de Paris (reprise) ; la Chanson du printemps (reprise) ; un Mari malgré lui, comédie en 1 acte de MM. Nus et de Courcy. — Comédie-Française : les Portraits de la marquise, comédie en 3 tableaux de M. Octave Feuillet ; la Famille Poirson (reprise) ; Service en campagne, comédie en 1 acte et en vers de M. Philippe de Massa. — Librairie nouvelle. : le théâtre au salon, de M. à Gennevraye.


Madame Caverlet a passé du Vaudeville au Gymnase. Comment les sociétaires de la Comédie-Française ne l’ont-ils pas arrêtée en route et détournée vers eux. ? Par les mêmes raisons à peu près qui les avaient empêchés, à l’origine, de la retenir. Il fallait que ces raisons fussent bien fortes pour que le nom d’Augier n’en triomphât pas, en 1876 : elles l’étaient tellement que six années n’ont pu les affaiblir à souhait. Peut-être un impatient se lamenterait, là-dessus il est certain que M. Perrin nous eût procuré un grand plaisir, à faire reprendre le rôle de Caverlet par M. Got, celui de Mairson par M. Coquelin, celui d’Henri par M. Worms, — et celui d’Henriette par Mme Pasca, Mlle Pierson ou telle autre qu’il serait urgent d’appeler à l’emploi vacant des « mères. » Il est certain aussi que l’ouvrage y eût gagné cette autorité d’emprunt et ce lustre un peu factice qui hâtent la bonne opinion de la plus grosse partie du public. Mais l’intérêt de l’art, en somme, n’est pas engagé là-dedans. De tels ouvrages sont patiens parce qu’ils ont la vie longue ; Madame Caverlet peut attendre, et ce n’est pas un mal, peut-être, qu’elle fasse ce nouveau stage au boulevard : elle ne tiendra pas des sociétaires de quoi s’imposer à leur public ; à son heure et sans surprise, elle conquerra du même coup, rue Richelieu, ses interprètes et ses spectateurs.

Aussi bien c’est naïveté de s’étonner ou de se plaindre, comme c’est de mode aujourd’hui, que la Comédie-Française manque de courage. D’être courageuse n’est pas son habitude, voilà déjà bien des années ;