Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 52.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


HISTORIENS DE L'ALLEMAGNE

M. FERDINAND GREGOROVIUS.

Athenaïs, Geschichte einer bysantinischen Kaiserin, 2e édition ; Leipzig, 1882.

L’Histoire de la ville de Rome au moyen âge, souvent citée, bien qu’elle n’ait pas été traduite, a fait connaître en France M. Gregorovius ; elle restera comme le monument de sa vie d’écrivain. Dans un livre attachant sur Lucrèce Borgia, que M. Blaze de Bury a jugé ici même [1], l’auteur allemand s’est constitué le chevalier paradoxal, l’ingénieux défenseur de cette princesse si sévèrement jugée. La plus récente de ses œuvres, Athénais, histoire d’une impératrice byzantine, court récit, d’une érudition colorée, a eu dès le début une vogue réservée d’ordinaire aux œuvres frivoles. L’étrange destinée. de l’impératrice Athénaïs-Eudocie présente en effet l’intérêt. et l’imprévu d’un roman fantastique. Avant de retracer, cette histoire d’après M. Gregorovius, nous voudrions marquer comment elle se rattache à ses précédens ouvrages, dégager la pensée, dominante, l’idée maîtresse dont l’influence se fait sentir à travers ses divers travaux, saisir quelques traits de là physionomie de l’écrivain, son tour d’imagination, la pente naturelle de son esprit, en un mot chercher l’homme à travers les livres.


I

Si nous prenons M. Gregorovius à ses débuts, nous trouvons d’abord parmi ses écrits de jeunesse, à côté d’une histoire estimée

  1. Les Borgia, étude historique, Revue du 15 mars 1877.