Page:Revue des Deux Mondes - 1882 - tome 53.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


103 pieds 10 pouces et surmonté d’une statue de William Penn (le fondateur de l’état de Pensylvanie), qui aura 36 pieds, ce qui complète la hauteur extraordinaire de 539 pieds et en fera la construction la plus élevée qu’il y ait au monde, highest in the world. » Il s’en faut que le monument soit achevé dans son entier (ce qui n’empêche pas qu’il n’ait déjà coûté près de 35 millions), mais par avance le patriotisme des Philadelphiens a fait dresser un tableau comparatif de la hauteur des principaux monumens de l’Europe, Saint-Pierre, la cathédrale de Cologne, celle de Strasbourg, que domine de plusieurs coudées la tour de l’hôtel de ville de Philadelphie et la statue de William Penn.

Cela est fort beau assurément, mais il me semble que si quelque jour il prenait fantaisie au vieux quaker, du haut du piédestal extraordinaire où il sera juché, d’adresser quelques paroles à ses concitoyens, ceux-ci auraient peut-être à craindre de sa part des remontrances assez vertes. Ne risqueraient-ils pas fort de s’entendre dire par lui que l’esprit d’austère simplicité des vieux quakers ne s’est guère perpétué chez leurs descendans? que prodiguer ainsi des millions pour orner de marbre et de statues un édifice public, c’est, quelque peu sacrifier sur les autels du veau d’or? que pareilles prodigalités ne laissent pas d’être parfois d’un assez dangereux exemple? enfin que, pour les comptables des deniers publics, il n’y a souvent pas bien loin du gaspillage à l’infidélité? Ce dernier avis, si jamais William Penn prend la peine de le leur donner, sera peut-être plus aisément compris par les Philadelphiens aujourd’hui qu’il ne l’eût été il y a quelques années. Tout en visitant l’hôtel de ville, j’ai feuilleté rapidement le discours prononcé par le nouveau maire lors de son entrée en fonctions, et j’y ai remarqué cette phrase: « Que les finances de la ville devaient être gérées avec économie et probité. » Je me suis demandé si c’était là un simple truism ou bien une critique discrète des administrations antérieures à la sienne. Les journaux n’ont pas tardé à m’apporter la réponse; avant de quitter les États-Unis, j’ai pu y lire qu’une enquête faite après certaines découvertes avait fourni la preuve de nombreuses irrégularités dans la perception des taxes municipales, dont le produit ne tombait pas exclusivement dans les caisses publiques. Mais que nous importe, à nous étrangers? L’hôtel de ville de Philadelphie n’en sera pas moins un très beau monument, et ces chefs-d’œuvre exquis de l’art gothique qui s’appellent l’hôtel de ville de Bruxelles ou de Bruges n’ont pas dû pour leur temps être construits à moins de Irais que celui de Philadelphie. C’était pour les bourgeois de ces cités flamandes affaire de patriotisme local comme aujourd’hui pour les habitans de Philadelphie, et ce sentiment est par lui-même si respectable, il est la source de si grandes choses