Page:Revue des Deux Mondes - 1886 - tome 75.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


possède son pays, the Commemoration Ode, toute palpitante de douleur, de fierté, d’ardent patriotisme au lendemain de la guerre, on comprendra l’auréole qui entoure son nom dans le Nouveau-Monde sans qu’il soit besoin d’insister sur le mérite de ses ouvrages en prose. Toutes les poésies qui lui ont été inspirées par les paysages de sa province sont exquises et de la plus fraîche originalité : la contemplation de la nature conduisit Bryant à l’invocation solennelle ; Longfellow écouta surtout les grandes voix de la mer ; les représentans de la nouvelle école cherchent à la lumière de la science l’âme des choses plutôt qu’ils ne la sentent ; Lowell, lui, n’a pas besoin, pour s’inspirer, de sites sublimes ; le sentiment qu’il éprouve dans les bois où il nous promène ressemble à la joyeuse et naïve ivresse d’un enfant en liberté ; point d’intentions philosophiques ; il chante, nos cœurs tressaillent avec le sien et nous ne demandons pas pourquoi.


X

Walt Whitman est à sa manière le poète de la nature ; ce titre lui restera plus sûrement que le titre ambitieux de poète de l’avenir, qui lui fut jadis attribué. M. Stedman ajoute, en somme, fort peu de chose à ce que nous avons écrit sur lui ici-même il y a une quinzaine d’années [1]. Il nous apprend seulement qu’Emerson, d’abord séduit par les accens expressifs et sincères du chantre de la démocratie, se détourna de ce disciple indiscret quand ses audaces passèrent toute mesure. Old Walt est depuis longtemps vieux tout de bon, la majesté des cheveux blancs lui est venue, il est resté populaire et mérite de l’être pour beaucoup de raisons : il y eut en lui un philosophe, un soldat, un patriote aux larges sympathies, au cœur généreux et débordant de pitié. Il a aimé, il aime encore les petits et tous les malheureux, il leur a dédié ses chants où vibre souvent une originalité réelle dans le sujet et dans les sentimens. Quant à la prétendue originalité de la forme, on sait ce qu’elle vaut. Cet irrégulier a brisé les moules anciens, faute de savoir s’en servir ; il est plus facile d’arriver au succès par l’excentricité que par tout autre moyen. La guerre à outrance que Whitman a faite aux conventions, aux préjugés marque une certaine étroitesse que l’on pourrait reprocher à tous les naturalistes, fort intolérans quand il s’agit d’une autre méthode que la leur. Heureusement, Leaves of Grass, Drum Taps, l’Hymne funèbre en l’honneur de Lincoln, ont des qualités fort indépendantes de l’américanisme, auquel leur auteur et ses camarades attachent une si folle importance.

  1. La Poésie de l’avenir, Revue du 1er juillet 1872.