Page:Revue des Deux Mondes - 1887 - tome 84.djvu/78

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SOUVENIRS DIPLOMATIQUES

LA
PRUSSE ET SON ROI
PENDANT LA GUERRE DE CRIMEE

I.
L’ALLEMAGNE ET LES COMPLICATIONS ORIENTALES. — OLMUTZ. — LES DÉBUTS DE M. DE BISMARCK. — LE ROI FRÉDÉRIC-GUILLAUME IV.

La guerre d’Orient est une page glorieuse dans les annales de la France : elle lui assura le premier rang en Europe. Notre suprématie fut éphémère, il est vrai ; elle subit une irréparable atteinte après Villafranca, elle sombra après Sadowa. Mais, un lustre durant, notre politique, par sa sagesse, sa modération et par le prestige de ses armes, s’imposa à tous les gouvernemens.

M. Camille Rousset a raconté d’une façon émouvante l’histoire militaire de la campagne ; un de nos diplomates les plus éminens,