Page:Revue des Deux Mondes - 1889 - tome 93.djvu/788

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nouvelle, dans les formes typiques des objets inanimés. De là ce problème non moins important pour la morale que pour l’esthétique : qu’est-ce qui constitue un type au point de vue de l’évolution ? — Puisque nous ne pouvons plus, avec les platoniciens, invoquer un idéal préconçu ou contemplé dans une existence antérieure, « l’homme en soi » ou « le cercle en soi ; » nous ne pouvons invoquer que les expériences de la vie ancestrale, qui ont eu pour objets des hommes réels, des cercles réels. Leibniz avait dit que l’oreille charmée par un son en compte, sans s’en apercevoir, les vibrations et les rapports. M. Wundt a soutenu que le sentiment du beau est un raisonnement inconscient, que sentir la proportion des lignes d’un édifice, comme le Panthéon, c’est faire un raisonnement par analogie ou établir une proportion géométrique : la ligne A est à la ligne B comme la ligne C est à la ligne D ; que sentir l’harmonie d’une succession d’accords, c’est passer des prémisses aux conséquences par un calcul dont on n’analyse pas les degrés : la continuelle résolution des accords est une continuelle solution de problèmes. M. Stephen Leslie, à son tour, voit dans le sentiment du type le sentiment d’un problème résolu. Qu’est-ce que l’arc typique, par exemple ? — Etant donnés les matériaux et le but à atteindre, il y a une forme d’arc et une seule qui réalise le maximum d’efficacité. L’arc qui représente la meilleure solution du problème peut s’appeler l’arc typique. Or l’arc était un instrument d’importance majeure pour les tribus primitives ; l’idée de l’arc a donc roulé dans des têtes sans nombre jusqu’à ce qu’il ait été parfaitement arrondi ; ainsi se polit et se façonne le caillou arrondi, roulé par les vagues de la mer. Si nous passons des instrumens aux corps vivans, que deviendra le problème à résoudre ? Voici une statue grecque qui représente un athlète ; pourquoi en trouvons-nous les formes belles et gracieuses ? — Parce que nous sentons que l’homme représenté pourrait accomplir une tâche donnée avec la moindre dépense de force, ou produire, avec une dépense de force donnée, la plus grande somme de travail : il pourrait, par exemple, soulever un poids donné avec le moindre effort, ou, étant donné l’effort, faire atteindre au poids la plus grande hauteur : « Le problème est donc toujours défini et la solution définie [1]. » Un anatomiste pourrait démontrer comment tel Hercule antique représente exactement la solution du problème ; l’artiste, lui, l’a senti, et nous le sentons comme lui. Ces principes posés, nous arrivons à la difficulté principale : quel est le problème dont un organisme typique exprime la solution ? — Un être vivant n’a pas, comme l’arc, son but hors

  1. Science of Ethics p. 79.