Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 109.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


UNE
ÉVOLUTION ÉCONOMIQUE

LE COMMERCE EN GRANDS MAGASINS.

Le commerce en grands magasins est, en ce moment, l’objet de nombreuses attaques. Ces attaques ne sont pas nouvelles. Elles se sont produites, avec plus ou moins d’acuité, à l’avènement de toutes les transformations économiques et commerciales. De tout temps, le concurrent a vu d’un œil jaloux son voisin plus actif ou plus intelligent développer son exploitation, attirer la clientèle par des avantages nouveaux, agrandir et embellir son installation, alors que lui, restait stationnaire ou dépérissait. Instinctivement il a protesté contre un ordre de choses qui ne lui était pas favorable et réclamé des mesures de rigueur contre un commerçant coupable de fixer la faveur du public. En Angleterre, notamment, les détaillans se sont ligués contre le commerce en grands magasins dès sa naissance. Ils ont multiplié les démarches, entassé pétitions sur pétitions, fatigué les pouvoirs publics de leurs réclamations dans l’espérance d’étouffer par des mesures fiscales et législatives une concurrence qui s’annonçait menaçante. Ces protestations sont restées stériles ; aucun acte arbitraire n’a été édicté. Les grands magasins ont continué à s’étendre, les petites boutiques n’ont cessé de multiplier, et d’immenses associations coopératives de consommation