Page:Revue des Deux Mondes - 1892 - tome 109.djvu/925

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES CIGOGNES

I. Léon Tolstoï, Derniers écrits. — II. Ibsen, Drames. — III. Max Nordau, les Mensonges conventionnels de notre civilisation ; le Mal du siècle. — IV. Pierre Lasserre, la Crise chrétienne. — V. Edouard Rod, les Idées morales du temps présent. — VI. Ch. Secrétan, la Civilisation et la Croyance. — VII. C. Wagner, Justice ; Jeunesse — VIII. — Paul Desjardins, le Devoir présent. — IX. J. Darmesteter, les Prophètes d’Israël, préface.


I

Avez-vous, dans vos souvenirs d’enfant, une vieille bibliothèque de maison provinciale, lieu de retraite pour les jours de pluie ou pour la fatigue après les jeux, lieu frais et sombre où naquirent les premiers enchantemens de l’esprit ? Y avait-il un Buffon, allongeant sur les rayons ses in-quarto de l’autre siècle ou ses petits in-douze de la Restauration ? Si oui, vous avez certainement admiré maintes fois les oiseaux coloriés qui égayaient les pages ; et comme ils invitaient à lire les chapitres, vous avez lu celui où Buffon parle des cigognes ; vous vous rappelez, comme on se rappelle tout de ce temps, le respect du bon naturaliste pour ces « oiseaux de rivages. » Il dit leurs mœurs, et comment ces voyageuses précèdent les hirondelles, annonçant la saison de lumière avant même que la nuit d’hiver ait décru. Quand l’heure est venue, « il se fait un grand mouvement dans la troupe ; toutes semblent se chercher, se reconnaître et donner l’avis du départ général, dont le signal, dans nos contrées, est le vent du Nord. » Aussi, « leur retour