Page:Revue des Deux Mondes - 1897 - tome 143.djvu/953

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




14 octobre.


L’abondance des discours sur divers points de la province annonce la reprise prochaine des travaux parlementaires : c’est le galop d’essai des orateurs. Voilà trois mois que les Chambres sont en vacances. On se serait peut-être passé d’elles plus longtemps encore si le budget de 1898 était voté ; mais il ne l’est pas. Une session d’automne est donc indispensable : c’est cette session qu’on a pris l’habitude d’appeler extraordinaire, sans doute par antiphrase, puisqu’elle se renouvelle tous les ans avec la plus parfaite régularité. Elle est consacrée à ce qui devrait être le travail le plus ordinaire de la Chambre, c’est-à-dire au budget ; mais il semble bien, d’après les discours qu’ils ont prononcés à Bordeaux et ailleurs, que les radicaux et les socialistes se préoccupent infiniment peu de son objet spécial. Toute la question pour eux, à l’approche des élections, est de savoir s’ils parviendront à renverser le ministère Méline : des réformes à faire, ils ne disent presque plus rien. M. Doumer a emporté avec lui en Extrême-Orient le secret d’agiter le pays avec ce mot à plusieurs ententes de l’impôt sur le revenu. Ses successeurs ne savent plus s’en servir, et ils n’en ont pas trouvé un autre à mettre à la place. Ils se bornent à continuer contre le ministère actuel les attaques, les accusations, les excommunications, qu’ils avaient commencé à diriger contre lui dès le premier jour, et qui ont médiocrement réussi jusqu’ici. Ils comptent sans doute sur la toute-puissance de cette figure de rhétorique qu’on appelle la répétition. C’est chose singulière et remarquable que, depuis près de dix-huit mois que le ministère existe, ils n’aient pas trouvé d’autre reproche à lui adresser que d’être clérical et de gouverner avec la droite ; et quoi de plus facile à réfuter ? Nous avons fait nous-même cette réfutation trop souvent pour y revenir aujourd’hui. A dire vrai, les discours échangés de part et d’autre n’ont en eux-mêmes qu’un intérêt de second ordre. On les a entendus si souvent ! Ils contiennent et ils dégagent si peu d’imprévu ! Ils ont déjà servi à tant de reprises différentes ! Cela