Page:Revue des Deux Mondes - 1900 - tome 157.djvu/474

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHRONIQUE DE LA QUINZAINE.




14 janvier.


Les Chambres sont rentrées en session le 9 janvier ; mais, en ce qui concerne le Sénat, cette réunion n’a été que pour la forme. On sait que les élections qui doivent renouveler le tiers de ses membres n’auront lieu que le 28 ; jusqu’après cette date, il est frappé de paralysie ; il est condamné à ne rien faire, et c’est tout au plus s’il a pu constituer un bureau provisoire : dernière conséquence de sa récente transformation en Haute Cour, et des retards qui en ont été la suite pour toutes les affaires qui le concernent. La Chambre des députés est plus heureuse : une séance lui a suffi pour élire son bureau définitif. Il n’y avait lutte que pour la présidence ; mais elle a été chaude. M. Deschanel a été réélu à la majorité inespérée de 88 voix. Avant de parler de cette élection et du caractère qu’il faut lui attribuer, nous voudrions, sans y insister d’ailleurs, dire un mot des discours prononcés par les deux présidens d’âge, M. Turigny à la Chambre, et M. Wallon au Sénat. Les hommes et les discours diffèrent essentiellement. M. Turigny est un vieux radical, nourri, comme il a tenu à le dire, dans la lecture de Rabelais, de La Fontaine et de quelques auteurs moindres, mais d’une égale liberté d’esprit. Ce n’est pas par l’originalité de cette confidence que son discours mérite d’être retenu ; mais, vieux proscrit de Décembre, il a tenu à protester contre les coups d’État et les proscriptions. Tout le monde a compris qu’il y avait là, de la part d’un membre de l’extrême-gauche, un désaveu de la politique ministérielle, au moins sur un de ses points essentiels. Les amis du Cabinet ont fait entendre des protestations qui se sont perdues dans les applaudissemens. Ce premier coup de cloche sonnait assez mal pour lui : que lui restera-t-il, si d’aussi purs radicaux que M. Turigny l’abandonnent ? Quant à M. Wallon, l’éminent historien qui ne s’est pas contenté de raconter le passé et qui a eu sur le présent une influence directe par la Constitution dont il a été le principal auteur, il a fait entendre, dans un langage élevé, les conseils les plus sages. Il a déploré la sup-