Page:Revue des Deux Mondes - 1905 - tome 26.djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



I. LES ANNÉES DE JEUNESSE


I

Au centre de la ville de Lyon, le long du quai bordant la rive droite de la Saône, se dresse une vaste construction, destinée à servir d’abri aux expositions de peinture. Cet édifice couvre l’espace qu’occupait récemment encore l’ancienne place de la Douane [1], aujourd’hui disparue. Sur cette place minuscule, dans un logis de modeste apparence, vivait, aux environs de l’an 1730, le sieur Louis Basiliac, « chirurgien de la maréchaussée, » avec dame Madeleine Ganivet, son épouse, qui exerçait l’état de sage-femme. En ce quartier peu élégant, presque exclusivement habité par de petits bourgeois et par des artisans, Basiliac jouissait, semble-t-il, d’une sorte de réputation locale, due à son caractère honnête et à sa longue expérience du métier. Ce fut dans cette discrète demeure et chez ce couple respectable,

  1. Plus anciennement appelée place de la Grande Douane.