Page:Revue des Deux Mondes - 1906 - tome 33.djvu/934

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


scrupules. On se raconte ici que les morts reviennent comme des chevaux blancs lancés à fond de train. C’est l’image de ce que je reconnais en toi. » Nous sommes dépendans du passé, de tout ce passé qui de si loin pèse sur nous. Héritiers de toute une race, nous portons la peine d’actes que nous n’avons pas commis, d’impressions que nous n’avons pas ressenties de plaisirs dont nous n’avons pas joui. C’est la théorie admirablement exprimée dans les Revenans. Cet héritage familial, pour nous le présenter sous sa forme la plus atroce, Ibsen a choisi la tare morbide qui fait agoniser Oswald Alving réclamant « le soleil… le soleil, » la même qui met devant les yeux du docteur Rank une mort affreuse et injuste : « Payer pour autrui, est-ce la justice, cela ? Et dire que dans chaque famille il existe une liquidation de ce genre ! » Oswald Alving n’a de son père aucun souvenir, si ce n’est qu’une fois il l’a fait vomir. Grégoire Werlé ne s’adresse à son père que pour lui cracher au visage son mépris et sa haine. Erhart Borkman s’empresse de quitter la maison paternelle où il étouffe, et sans aucun souci de réparer l’honneur du nom. Voilà pour les pères. Les enfants, que ce soient le petit Alf, ou le petit Eyolf, ne sachant qu’en faire, on s’en débarrasse en les laissant mourir. Les femmes on les trompe, les maris on les quitte. C’est la famille. On devine ce que peut être la société. Elle ne subsiste et même elle n’existe que par les compromis et les concessions, par l’hypocrisie et le mensonge. Toutes les sources de notre vie sociale sont empoisonnées, comme est empoisonnée la source des eaux où viennent boire les malades du docteur Stockman. Une puissance veille à la continuité du mensonge et protège cette hypocrisie : c’est la puissance de l’Etat représenté par les fourbes, les intrigans, les ignorans, les sots, et généralement par la « majorité compacte, » contre laquelle lutte vainement l’homme juste et clairvoyant…

Dans cette lutte de l’individu contre la société, d’où Ibsen prend son point de vue, quels caractères vont se dessiner ? D’abord des types très saisissans de l’homme supérieur, de celui que, vu la parenté entre la philosophie d’Ibsen et celle de Nietsche, on est bien obligé d’appeler « le surhomme. » Le chef du chœur, celui dont tous les autres ne sont que des variétés, des réductions ou des contrefaçons, c’est Brand. — Voici purement et simplement : le révolutionnaire. Il s’appelle le docteur Stockman, et il ne se doute pas à quel point il mérite cette appellation « d’ennemi du peuple » qu’Ibsen lui donne par ironie. Il est celui qui croit voir ce que personne avant lui n’avait aperçu et qui est donc persuadé qu’il a raison contre tout le monde. Cette vérité qu’il a découverte et qui