Page:Revue des Deux Mondes - 1908 - tome 47.djvu/962

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


il est bien situé, et à côté de l’intérêt matériel, sa restitution a un intérêt moral qui n’est pas négligeable.

Au moment où nous sommes, les résolutions de certaines puissances au sujet de la Conférence restent incertaines. que décidera l’Italie ? Que décidera même l’Angleterre ? La politique italienne est encore enveloppée de nuages assez épais. Celle de l’Angleterre est beaucoup plus claire : aussi les difficultés qu’elle rencontre y apparaissent-elles mieux. Quant à l’Allemagne, qui n’a peut-être pas vu les derniers événemens d’un œil enchanté, mais qui ne peut pas abandonner son allié dans l’aventure où il s’est engagé, elle conformera sa décision à celle de l’Autriche. Nous avons, nous aussi, un allié et des amis, et, dès lors, le même intérêt que l’Allemagne à ce que nos alliance et amitiés sortent intactes de l’épreuve qu’elles traversent. A cet intérêt vient s’ajouter celui que nous portons à l’Empire ottoman, à son intégrité, à son indépendance, intérêt que les aspirations généreuses de la Jeune-Turquie ont encore accru dans ces derniers temps. Enfin, il y en a un dernier qui peut-être les domine tous, parce que ceux qui l’abandonnent en souffrent un jour ou l’autre, c’est celui du droit. Le droit résulte, dans l’ordre d’idées où nous sommes, des traités librement débattus et consentis : c’est lui, et lui seul, qui distingue la civilisation de la barbarie. Le droit vient de recevoir de cruelles entorses, et il sera sans doute difficile de le redresser complètement. Nous devons cependant essayer de le faire, et comment s’y prendre en dehors soit d’une conférence, soit de négociations qui rétabliront, pour quelques années, sur des bases nouvelles, l’édifice ébranlé, déséquilibré, disloqué, du traité de 1878 ? Ce traité est très vieux au bout de trente ans. Sa durée se serait prolongée quelque temps encore si aucun incident n’était venu révéler le secret de sa caducité ; mais il aurait fallu lui appliquer le vers célèbre :

N’y touchez pas, il est brisé.


FRANCIS CHARMES.

Le Directeur-Gérant, FRANCIS CHARMES.