Page:Revue des Deux Mondes - 1911 - tome 1.djvu/902

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dans la ronce dégrafée
Que la brebis fait plier,
Comme un rustique trophée
Émerge un front de bélier.

La chèvre invente des poses ;
Le chevreau craint le péril
Et sur les vieux rochers roses
Pousse un appel puéril,

Mais la vache, molle et sage,
Laisse, en rêvant sous les cieux,
Le reflet du paysage
Se délayer dans ses yeux.

Dans la campagne indolente
Tout m’attire également,
Et la plus modeste plante
Me jette un enchantement.

J’arrache la graminée
Qui pendait à ce portail,
Et mon âme fascinée
S’abîme dans son détail.

Partout le même vertige
Reparaît et m’engloutit ;
Le calice sur la tige,
C’est un gouffre plus petit.

Je cueille une pâquerette,
Je la contemple, et je puis
Tomber dans cette fleurette
Comme un homme dans un puits

Mais déjà, comme une loque,
Flotte une chauve-souris,
Et dans le soir équivoque
Traînent au loin de longs cris.