Page:Revue des Deux Mondes - 1916 - tome 34.djvu/474

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais pour combler les vides, boucher les fissures dans les rang» serrés, et refaire tous les approvisionnemens, à commencer par la chair à canon. Divisions avaient été jetées sur divisions, enlevées de partout où l’on avait pu en ôter, sur l’Yser, sur la Somme, en Russie, en Orient, avec de toutes jeunes recrues et de vieux débris de landwehr ou de landsturm, les fonds de tiroir de l’Empire, dans l’espoir de gagner enfin cette partie infernale, au jeu le plus enragé qui se soit en aucun temps joué entre les hommes, sans résultat appréciable, sinon de se casser les dents et de s’user jusqu’à la mâchoire à grignoter, caillou par caillou, quelques mottes de terre. Au même instant, on dirait presque au même signal, les troupes austro-hongroises, s’étaient glissées hors des hautes cavernes où, depuis trois mois, conformément à l’espèce de plan perpétuel, révisé et mis au point par Conrad de Hœtzendorf, l’État-major les entassait; elles étaient descendues, en quatre coulées, du Trentin sur le pays d’où elles furent chassées il y a un demi-siècle, mais qu’elles n’ont pas cessé de regretter et de convoiter. Les Bulgares en habit d’Allemands, sous les ordres d’Allemands à l’âme de Bulgares, avaient occupé, de connivence avec le gouvernement grec, les forts qui bordent la Strouma, marchant au Midi, du côté où Cavalla luit à leurs yeux dans le soleil, au-dessus de la mer étincelante. Les Turcs eux-mêmes, ramenés de loin, avaient fait fermé en Asie Mineure et essayé de casser, tandis qu’elles s’allongent et avant qu’elles se renforcent, les branches encore minces de la tenaille russe. Chose plus extraordinaire enfin, la flotte allemande était sortie; quelle que fût la manière dont la bataille s’était engagée, que l’un des deux adversaires l’eût cherchée ou qu’elle eût été simplement l’effet d’une rencontre dans le brouillard, ses navires s’étaient heurtés à une escadre anglaise. Si l’amiral von Scheer avait voulu tenter quelque coup, il n’était pas passé ; s’il avait voulu rompre le blocus, il ne l’avait pas rompu ; mais il restait intéressant et significatif qu’il eût risqué l’aventure et pris sur lui de bouleverser le catalogue de ce Musée de la marine impériale qu’en ses eaux placides enfermait précieusement le canal de Kiel.

Aujourd’hui, tout change. Nous ne sommes plus « manœuvres, » nous manœuvrons. Nous avons pris, pour la garder, cette initiative dont l’absence était la pire cause de notre impuissance, en tout cas brisait ou diminuait l’efficacité de nos efforts. C’est nous, à présent, qui partons au même instant et au même signal. Du coup, l’ennemi est « fixé, » remarque le colonel suisse Secrétan. Fixé en Galicie, en Volhynie, en Pologne; fixé aux Sette Comuni ; fixé dans les