Page:Revue des Deux Mondes - 1917 - tome 41.djvu/956

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


enfin, Lénine le germanique, est quelque part caché dans Pétrograd, où l’on arrête toute sorte d’espions allemands, excepté lui !

Au lendemain comme à la veille de la Conférence de Pétrograd, Kerensky se trouve aux prises avec les mêmes difficultés. Il a percé le corps ou dissipé le fantôme de la contre-révolution, et c’est bien. Reste l’ultra-révolution, qui n’est pas une ombre inoffensive. Il reste les maximalistes, les pacifistes de la paix même honteuse ; les « défaitistes. » Il reste les anarchistes et les autonomistes, dont les uns ont si fort le sentiment du moi qu’ils n’ont plus le sentiment de l’État, et les autres ont si fort le sentiment -de la nationalité qu’ils n’ont plus le sentiment de la nation. Il y a eu le Congrès de Novotcherkask, d’où l’on a vu filtrer le mécontentement des Stanitzes cosaques, attachées à leurs libertés, à leurs institutions, à leurs traditions, et resserrées autour de leur ataman Kaledine, qu’il serait téméraire de vouloir leur arracher. Il a dû y avoir, à Kief, un Congrès des quarante peuples de toutes les Russies. Il devait y avoir, à Tomsk, le 8 octobre, un Congrès qui préparerait l’indépendance de la Sibérie. On ne sait que trop où en sont la Finlande, l’Oukraine, et entre les mains de qui sont la Courlande, la Lithuanie, hélas! L’instant est proche où Kerensky va mesurer sa taille à son destin. « Être ou ne pas être, » lui répète Hamlet. Avoir été une voix, une flûte ou une trompette, une musique ; n’avoir pas été. Ou être l’homme qui devait venir, et qui, même venu de la révolution et porté par elle, n’arrivera qu’en se mettant courageusement, lorsqu’elle dévie et déborde, en travers de la révolution, puisque les révolutions sont comme les torrens : on ne doit les suivre que jusqu’où l’on peut les conduire. Voici l’instant, épouvantable aux âmes de révolutionnaires, que le salut de la patrie et le sens de l’État n’auraient pas tout à fait tuées, où il va falloir que le révolutionnaire Kerensky se résigne et se décide, sache, veuille et ose passer pour un « réactionnaire. »

A la hâte, pendant qu’il tient encore la proie sous son genou, l’Empereur allemand organise l’administration des provinces baltiques. Par une singulière interprétation de l’histoire, et comme si la domination de l’Ordre teutonique et l’usurpation de seigneurs allemands y eussent créé un gouvernement national, une société germanique, il leur présente l’annexion comme une revendication de leur race, comme un retour à leur berceau. Et cependant qu’avec les complicités dès longtemps ménagées, avec les complaisances qui s’offrent, l’Empire fait sur le terrain cette politique d’un réalisme vorace et impitoyable, sa chancellerie amuse le tapis diplomatique.