Page:Revue des Deux Mondes - 1918 - tome 44.djvu/529

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES MASQUES ET LES VISAGES




UNE VIOLATION DE NEUTRALITÉ AU XVIE SIÈCLE


CÉSAR BORGIA À URBINO


I
_____



L’histoire qu’on va lire me fut racontée par un portrait. Elle est tout entière, à la vérité, contenue dans des papiers, et des papiers du temps, c’est-à-dire des pièces dont l’authenticité ne fait aucun doute : lettres privées, lettres d’ambassadeurs, mémoires, diarii, actes publics [1]. Mais sans ce portrait, je ne m’en serais jamais inquiété. Je crois que c’est une aventure commune à beaucoup d’entre nous. On rencontre, dans la vie, une figure singulière, aux traits fortement accusés, avec une inquiétante énigme dans le maintien ou dans le regard. On demande à son voisin à qui est cette figure et pourquoi ce regard… Si c’est dans un musée, on le demande

  1. Guidobaldo I, duca d’Urbino, Lettera del 28 giugno 1502 al Cardinale Giuliano della Rovere (Arch. fiorentino, et copie à la Vaticane), publiée par Leoni, dans Vita di Francesco Maria della Rovere ; par Alvisi dans Cesare Borgia duca di Romagna, et, en anglais, par Dennistoun, dans Memoirs of the Dukes of Urbino.

    Madiai, Diario delle cose di Urbino. (Archivio storico per le Marche e per l’Umbria, III.) — Marin Sanuto, Diarii. — Baldassare Castiglione, De Vita et Gesiis Guidubaldi Urbinis ducis et Il Cortegiano. — Giustinian, Dispacci, II, 1502-1503. — Johannis Burchardi, Diarium. — Machiavel, Légation auprès du duc de Valentinois en Romagne. Légation à la Cour de Rome. Le Prince. Discours