Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 56.djvu/703

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Revue musicale


THEATRE DE L’OPERA-COMIQUE : La Rôtisserie de la reine Pédauque, comédie lyrique en quatre actes, tirée du roman de M. Anatole France par M. Charles Docquois ; musique de M. Charles Levadé. — CONCERTS DU CHATELET : Paysages franciscains, de M. Gabriel Pierné. — THEATRE DE LA GAITE-LYRIQUE : Reprise de Véronique, paroles de A. Vanloo et Duval, musique de M. André Messager. — Musques et Bergamasques, paroles de M. René Fauchois, musique de M. Gabriel Fauré (â l’Opéra-Comique). — La jeune école italienne. — Les concerts.


La musique ressemble aux chansons des Sirènes, dont Jules Lemaître assure, (En marge du l’Odyssée), qu’elles « n’exprimaient pas des connaissances de l’esprit, mais des sentiments. » L’esprit d’un Anatole France, celui d’un Voltaire, est de ceux dont les « connaissances » nous semblent être les moins faites pour que la musique les exprime. L’ironie philosophique est matière peu musicale, ou « musicale. » C’est pourquoi la traduction lyrique de la Rôtisserie de la reine Pédauque risquait d’en être, pour l’essentiel au moins, la trahison. Et cela n’a pas manqué. Le héros du livre tout le premier, Jérôme Coignard, n’a retenu de son personnage original que le nom, le costume et quelques traits superficiels. Rien, ou presque rien, n’en demeure de ses « opinions » et de ses propos. En somme, il est arrivé ceci : que le principal et le fond, venant à manquer à la musique, elle ne pouvait se prendre qu’aux accessoires, aux dehors. Nous avons plaisir à reconnaître qu’elle s’y est fort bien prise.

Elle a fait du premier acte, en grande partie, et de tout l’acte troisième, deux tableaux, vivants et chantants, extrêmement agréables. Le premier a pour cadre la rôtisserie, et comme centre, ou comme pivot, la broche. Autour d’elle se noue l’action et se réunissent ou se succèdent les gens. Petites gens, action menue et légère. La broche elle-même a son motif, très musical, voire