Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


commerçants, entrepreneurs. Tout un quartier neuf, que j’ai vu construire, témoigne de ce progrès. Mon métier m’a fait entrer en contact avec plusieurs de ces Juifs parvenus : je les ai trouvés généralement honnêtes, ponctuels, plus expéditifs et plus hardis en affaires que leurs collègues chrétiens. Ils se sentent appuyés, portés par une force qui s’exerce exclusivement en leur faveur et dont l’action dépasse de beaucoup les limites de notre pays. Dans une certaine mesure, nous profitons de cette activité et de ce développement. Mais pourrons-nous longtemps les canaliser à notre bénéfice ? une grande partie de l’effort juif n’échappe-t-elle pas dès à présent à notre contrôle ? »


LES JUIFS POLONAIS ET L’EUROPE

Enfin voici un dernier aspect de la question juive : l’aspect européen. J’ai montré, au cours de cette étude, que de la position prise par la Pologne vis-à-vis de ses deux voisines, l’Allemagne et la Russie, dépend non seulement l’avenir du nouvel État polonais, mais aussi le salut de l’Europe. Il faut que la Pologne puisse, un jour ou l’autre, se rapprocher de la Russie réorganisée, conclure avec elle un accord durable, et consacrer toutes ses forces à la protection de sa frontière occidentale, que l’Allemagne ne cessera point de menacer. Or, les Juifs de Pologne haïssent violemment la Russie, — qui les a persécutés, et sont forcément attachés à l’Allemagne, — qui les protège. Toute l’influence dont ils disposent, ils en useront pour favoriser les desseins allemands et pour rendre impossible un rapprochement entre Russes et Polonais. À la Pologne, si elle veut vivre, à l’Europe occidentale, si elle a le souci d’empêcher que l’Allemagne et la Russie ne dirigent bientôt contre elles leurs forces unies, de veiller à ce que l’élément israélite, par les moyens directs ou détournés, ne prenne point la haute main sur la politique polonaise.

Ce n’est pas sans dessein, soyons-en bien convaincus, que, durant les années d’occupation, les rabbins militaires allemands ont pris soin d’organiser la masse juive de Varsovie et de transformer les orthodoxes en nationalistes. Et ce n’est pas pour rien que les agents du gouvernement de Moscou, qui ont si souvent partie liée avec ceux du gouvernement de Berlin, ont répandu parmi les juifs de Pologne les idées communistes et bolchévistes