Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prouve qu’il aurait dû attendre, laisser se nouer et se dénouer sous sa Présidence les négociations monarchiques, en répétant, ce qu’il avait dit plusieurs fois : « Si vous pouvez faire la monarchie, elle est faite ; » et, ces tentatives décidément abandonnées, arriver devant l’Assemblée avec sa Constitution dans la main. Il est certain qu’en 1873 vouloir imposer à l’Assemblée de 1871 la fondation de la République définitive c’était trop de hâte. »

Il échoua, au 24 mai 1873, et se retira. Avant de mourir, il vit la Constitution de 1875, le partage du pouvoir législatif entre une Chambre des députés et un Sénat, la responsabilité ministérielle, les libertés nécessaires, la France enfin placée sous le régime qu’il avait préconisé depuis si longtemps. Il aimait à avoir raison ; il aimait à ce que ses bons amis les faits lui donnassent raison. Le dernier spectacle que lui présenta son pays lui fut agréable. Il eut même cette dernière fortune, que par suite d’un court retour au pouvoir des anti-républicains, quoique triomphant au fond, il mourait dans l’opposition, c’est-à-dire populaire. Il était né sous une bonne étoile.


VIII

C’était l’esprit le plus conservateur, le plus misonéiste qui ait peut-être jamais existé. En littérature, en art, en procédés de gouvernement, en politique, soit intérieure soit extérieure, en philosophie, il était pour le passé, pour les manières d’agir éprouvées et contrôlées par le temps, et avait une invincible tendance à croire que ce qu’on inventait ne valait pas grand’chose ou plutôt qu’on n’inventait rien. Le mot de progrès avait peu de sens pour lui : « On a eu à toutes les époques la prétention d’être le plus nouveau de tous les siècles. Toujours on s’est imaginé que rien de pareil à ce qu’on voyait n’avait existé auparavant. Au XVIe siècle, lorsque Luther eut proclamé la liberté de conscience, lorsque Bacon eut renouvelé la face des sciences, on crut qu’il allait se former un monde tout nouveau. Que resta-t-il à la fin ?… On discutait sa croyance religieuse ; dans la science on observait un peu plus exactement la nature ; mais le monde allait comme auparavant. Il y avait eu des modifications ; il n’y avait pas eu le changement complet qu’on avait