Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/428

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


i2i BEVUE DES DEUX MONDES. année qu’il aidait à monter la baraque. Et tous ces invités qui allaient se réunir pour manger et boire là-dessous I... Et ses tantes Aurélie et Anaïs et grand’maman Saiïar qui arrivaient ?i la fin de la semaine par le train d’Oran avec cinq petits neveux et petites nièces qu’il ne connaissait pas encore! Mon Dieu, qu’il lui tardait d’être à ce jour pour aller les chercher, en aulomobile 1 II y avait du monde et des paquets jusque sur les épaules du vieux B:ptiste, le chauffeur ! Et de partout on ne se dérangeait que pour lui, pour fêter sa communion en même temps que la Souka ! Car en respect de l’usage, il avait fallu que la cérémonie coïncidât avec quelque autre fête religieuse... Aussi, comme il allait bien les récompenser, en s’appliquant de tout son cœur à lire sur la tiba la Gémara avec la traduction ! Sans faute !... Oh! il en était sur maintenant ! Il la savait presque de mémoire, et le talmid Jacob l’avait félicité l’avant- veilie en l’embrassant encore fervemment et en lui répétant tout bas : que Dieu te laisse à ta mère ! Il avait compris qu’il lui avait fait un grand plaisir... Et l’enfant courait, gambadait, délirant de bonheur, humant l’air empli des parfums de la fleur d’oranger, du citron et de la pâte d’amandes qui s’échappaient des cuisines ouvertes, en même temps que les voix d’Esther et de Rachelle, qui s’étaient mises à chanter à tour de rôle la grâce et l’intelligence de leur petit-fils chéri... Là-haut, les pièces les plus longues étaient semées de matelas, comme pour une nuit de noce. On avait aménagé des couchettes un peu partout, jusque dans la chambrette de Debourah, qui, depuis son mariage, servait de refuge aux pro- visions d’hiver et aux confiseries préparées avec les fruits de toutes les saisons, par les patientes grand’ mères, pour ce jour de la communion d’Eléazar... Partout, c’était l’air de grande fête, c’était le sourire sur tous les visages et le bonheur dans tous les cœurs! Elissa Rhaïs, (La dcniicrc partie an prochain numéroe)