Page:Revue des Deux Mondes - 1920 - tome 60.djvu/621

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L IM.’.E D LL’^. l. ini en Tf?rre saint’^. Je t’envoio cj joyau de [)olit livre où sont écrits les dix coniniandenients do Dieu, et un petit sac de terre du tombeau de Moïse, pour que ta douleur s’apaise. Maniina Esther vieillit beaucoup et songe toujours. Pense quelquefois ;i la nièré que j’ai laissée abandonnée dans la vieille maison, avec les cuisants souvenirs, pour veiller sur toi. Celui ijui t’a donné le jour t’envoie son pardon pour l’éternité. Rabbi Eléazar. Debourah porta ses ongles h ses joues amaigries qu’elle déchira en criant : — Oh! mon malheureux père que je ne reverrai plusl Puis, elle se jeta dans les bras de iMamma Rachelle... — Mère! mère! supplia-l-elle. Je n’ai plus que toi au monde! Reste avec nous 1 Elissa Rhaïs.