Page:Revue des Deux Mondes - 1922 - tome 12.djvu/824

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
818
REVUE DES DEUX MONDES.

Paris, mercredi, 8 heures du matin.
29 septembre 1830.
Madame,

Venez, je vous en supplie, à Paris[1] vendredi. Je vous communiquerai toutes les découvertes de la somnambule[2]. Je resterai chez moi jusqu’à cinq heures du soir.

Mon Dieu, que vous êtes bonne et scrupuleuse !

Demain je dîne avec le secrétaire particulier du ministre de la Guerre, bon ami et bon compagnon, qui n’aurait rien à me refuser. Vous avez encore le temps de me faire passer une note succincte ou de venir me voir demain matin. Que de fois il faut servir les gens malgré eux ! Laissez-moi porter tout le poids de cette affaire. Ainsi voyez et jugez.

J’ai mille millions de remerciements à vous faire pour la bonté que vous avez mise à vous occuper du Temps. J’y suis arrivé rédacteur de la manière la plus simple. Émile de Girardin, mon ami, m’a présenté à Coste, et, après qu’il a eu lu mes articles de journaux[3] et mon livre[4], il a paru attacher beaucoup d’importance à m’avoir. Mais je vous conterai toute cette affaire ; elle demanderait trop de détails, et ma lettre ne finirait pas. Ce serait vous occuper de moi par trop.

Si vous veniez demain matin, peut-être verriez-vous la séance de la somnambule, et cela en vaudrait la peine. Je reçois à l’instant le paquet[5]. Le docteur Chapelain[6] ne me donnera de rendez-vous que pour demain. Je le fixerai à une heure et je resterai chez moi jusqu’à midi.

  1. 1, rue Cassini (près l’Observatoire), où Balzac habitait alors.
  2. Balzac avait la plus entière confiance dans les somnambules. Il les consultait à toute occasion : « C’est un moyen, disait-il, de n’être abusé par personne. » (Lettres à l’Étrangère, I, 252, 261, 267.)
  3. Ses articles du Voleur, de la Mode, du Feuilleton des journaux politiques et de la Silhouette.
  4. La Physiologie du mariage ou les Scènes de la vie privée.
  5. Ce paquet devait contenir sans doute les objets nécessaires à la somnambule : » Si vous êtes curieuse de consulter, écrivait, plus tard, Balzac à Mme Hanska, il faudrait m’envoyer un petit morceau de linge de coton que vous mettriez pendant la nuit sur l’estomac de votre fille et qu’elle mettrait elle-même, sans que personne y touche, dans ce papier quelle mettrait dans une de vos lettres. » (Lettres à l’Étrangère, I, 261.)
  6. C’est à ce docteur Chapelain que Balzac écrivait en 1832, l’année du choléra, pour lui suggérer l’idée de « mettre aux prises une somnambule bien lucide avec les causes du fléau. » (Corresp., I, 147.)