Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/251

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
173
BENJAMIN FRANKLIN

outre que le milieu où il vit, milieu d’hommes chez qui le sens, la pratique et la passion de l’effort sont portés au plus haut degré, assure au développement de cette aptitude naturelle qui est la caractéristique décisive, nous n’osons dire la différence spécifique de la race, un entraînement constant ou, comme on dirait aujourd’hui un état de condition parfaite en tout temps. Considérez encore que le moment où Franklin paraît sur la scène a vu se produire l’une des crises les plus considérables de l’histoire du monde ; donnez pour instrument à ce caractère sans reproche et à cette volonté sans peur une intelligence merveilleusement déliée ; appliquez ce rare ensemble au bien public dans des conjonctures particulièrement importantes et vous comprendrez comment cette nature d’exception, favorisée par l’harmonie du milieu et de la race, par l’opportunité du moment, a pu jouer, non seulement sans faiblir, mais encore avec une autorité toujours croissante, un grand premier rôle dans l’évolution de l’humanité.

Retracer la vie de Franklin en rappelant son apprentissage, ses débuts et sa fortune d’imprimeur, son rôle comme fondateur de bibliothèques et de société philosophique, ses états de service comme fonctionnaire, même ses découvertes scientifiques, commencer cette énumération au début de sa carrière pour la terminer à sa mort, en un mot en poser le record, évoquerait dans l’esprit de nos lecteurs la banalité chronologique du dictionnaire ou le discours d’inauguration pour statue de grand homme, double écueil à éviter. Aussi bien, ce qui nous intéresse c’est moins ce qu’il a fait que ce qu’il a été et nous ne voulons toucher à ce qu’il fit que pour mieux dégager ce qu’il fût, c’est-à-dire avant tout et par dessus tout un homme d’action.

Rendons à Franklin cet hommage qu’avant de devenir et de demeurer notre ami fidèle et constant, il fut pour nous un adversaire avisé et tenace et qu’avant d’être passionnément Américain il fut Anglais avec passion. On sait avec quelle ardeur il poussa le gouvernement de la métropole à ouvrir et à rouvrir les hostilités contre la France et l’on sait aussi avec quelle intrépidité, la lutte une fois commencée, il la soutint. Car il avait bien compris que, maîtresse du continent américain du Canada aux bouches du Mississippi, la France, enserrant les colonies nais-