Page:Revue pour les français, T1, 1906.djvu/514

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
380
REVUE POUR LES FRANÇAIS

Le programme peut être ainsi résumé : concevoir un collège modèle en vue de l’expansion mondiale mais en dehors de tout specialisme rendant les jeunes gens qui en sortiront impropres à d’autres carrières. Autrement dit : un collège susceptible de les préparer au point de vue des qualités générales mais non des connaissances spéciales requises pour la réussite au loin — demeurant entendu que ces qualités-là sont utiles en tous pays et pour tous métiers et qu’il est toujours avantageux pour un homme de les posséder, en quelque milieu et condition qu’il soit destiné à vivre.

Le collège est un internat ; il n’admet pas d’externes. Il n’admet de demi-pensionnaires (passant toute la journée au collège et rentrant chez eux après le repas du soir) que dans la proportion d’un quart, tout au plus d’un tiers du chiffre total des élèves : du reste le collège devant être situé, autant que possible, à la campagne ou dans un bourg, cette éventualité ne risque guère de se produire.

Le collège ne comprend pas plus de 200 élèves et il est préférable qu’on puisse se tenir aux environs de 180. Les élèves ne sont pas admis avant 12 ans révolus et n’y restent pas plus de 5 ans. Le programme d’études est établi sur cette durée. On peut admettre en « cours de route » quelques élèves nouveaux mais à titre d’exception seulement ; l’examen d’entrée devient de plus en plus sévère à mesure que le candidat a moins d’années à passer au collège.

À titre d’exception sont autorisés les redoublements de classe et seulement pour cause d’accident ou de maladie.

Nul ne peut être admis s’il n’a subi avec succès un examen d’entrée conçu de la manière suivante : un exercice de mémoire ; — un exercice d’invention (composition rapide sur un sujet donné) ; — un examen médical ; — un examen d’exercices physiques ; — un examen de langues vivantes (l’élève doit lire facilement, mais non expliquer, des textes allemand, grec, anglais, latin et espagnol, cette lecture étant considérée comme la base de l’enseignement qui lui sera donné au collège). — Les examinateurs le cotent de 1 à 20 sur chacun de ces points et le résultat de l’examen figurera sur son carnet scolaire.