Page:Richard - Acadie, reconstitution d'un chapitre perdu de l'histoire d'Amérique, Tome I, 1916.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[ XIII ]

choses dont il parlait avaient trait à nos communs ancêtres, éveillaient en moi la voix du sang maternel –, loin de s’émousser avec le temps et par l’habitude, s’est au contraire avivé, à mesure que mon travail personnel s’ajoutait à celui de l’auteur, et me faisait entrer plus intimement dans sa pensée.

Et ici, il nous paraît de notre devoir de nous expliquer franchement avec nos lecteurs, et de leur dire comment nous avons compris notre rôle d’éditeur, et tâché de le remplir de notre mieux.

Possédant le manuscrit original d’Acadie, et voulant le donner au public, et ainsi, — non seulement réaliser par là un dessein que Richard avait d’abord et toujours eu en vue, et que diverses causes, indépendantes de sa volonté, l’avaient empêché d’exécuter, mais par-dessus tout servir les intérêts de la justice et de la vérité, faire œuvre patriotique et nationale, chère aux Acadiens et à tout ce qui possède une âme française dans le monde, en reproduisant le texte même du magnifique et puissant plaidoyer où nos pères étaient réhabilités, et où l’iniquité du traitement auquel ils furent soumis était présentée dans une lumière aveuglante, et stigmatisée avec les accents que l’innocence inspire à l’indignation, — nous avions à choisir entre trois alternatives possibles : — soit éditer l’ouvrage tel qu’il nous était parvenu, sauf à en traduire les nombreuses cita-