Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/168

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
131
gueux de paris

Avec ta laine blanche et ta prunelle bleue,
Avec le télégraphe amusant de ta queue
      Qu’ornait un petit pompon noir.

Où donc es-tu ? Vis-tu prisonnier à l’attache ?
A-t-on mis les ciseaux dans ta vierge moustache ?
      Ah ! vis-tu seulement ? Ou bien…
Ou bien habites-tu, mort, le pays des songes,
Où la femme et la chienne aimeront sans mensonges
      Le bon poète et le bon chien ?

Quel que soit ton destin, je garde ta mémoire ;
Et si mes vers un jour ont des lueurs de gloire,
      Je veux que ton image y soit.
Ainsi ces médaillons bordés de pierreries,
Qui font vivre à jamais les figures chéries
      Des gens qu’on aimait comme soi.