Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/193

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
156
la chanson des gueux


IV

VOYOU


J’ai dix ans. Quoi ! ça vous épate ?
Ben ! c’est comm’ ça, na ! j’ suis voyou,
Et dans mon Paris j’ carapate,
Comme un asticot dan’ un mou.

Sous l’bord noir et gras d’ ma casquette,
Avec mes doigts aux ongu’en deuil,
J’sais rien m’coller eun’ roufflaquette
Tout l’ long d’ la temp’, là, jusqu’à l’œil.

J’ peux m’ parler tout ba’ à l’oreille
Sans qu’ personne entend’ rien du tout.
Quand j’ rigol’, ma gueule est pareille
À cell’ d’un four ou d’un égout.

Mais jamb’s sont fait’s comm’ des trombones.
Oui, mais j’ sais tirer — gar’ là-dessous ! ——
La savate, avec mes guibonnes
Comm’ cell’s d’un canard eud’ quinz’ sous.