Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/196

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
159
gueux de paris

J’dépens’ la brais’ que j’gagne,
          Nom de Dieu !
     Quand j’pompe un coup d’bleu.

     Faut ben du charbon
          Nom de nom !
Pour chauffer la machine.
Au va-nu-pieds qui chine,
          Nom de Dieu !
     Faut son p’tit coup d’bleu.