Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/214

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
177
gueux de paris

Avec un’ frim’ comm’ j’en ai une,
Un mariol sait trouver d’ la thune.
       J’aim’ mieux êt’ dos.

C’est la raison pourquoi qu’ je m’goure.
Mon gniasse est bath : j’ai un chouett’ moure,
La bouch’ plus p’tit’ que les calots,
L’esgourd’ girond’ comme un’ Ostende.
Aussi, j’ m’ai dit : Vivons d’ not’ viande !
       J’aim’ mieux êt’ dos.