Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
194
la chanson des gueux


III

LE NEZ VIOLET


à raoul ponchon


Comparer toujours nos nez
        Bourgeonnés
À des rubis, je condamne
Cette comparaison-là.
        Changeons-la !
Qui n’a qu’un cri n’est qu’un âne.

Aux nez rubis rubiconds
        Nous piquons
La couleur de sang ; c’est triste.
J’aime le mien quand il est
        Violet
Comme une douce améthyste.

Vois ce nez rouge et camard,
        Quel homard !
Compare-le donc avecque