Page:Richepin - La Chanson des gueux, 1881.djvu/256

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


NOS TRISTESSES



I

REMÈDE FÉROCE


Ma gaieté, tu as la colique
          D’amour.
Depuis le soir jusqu’au retour
          Du jour,
Tu geins comme un mélancolique
          Tambour.

Ma vieille, si tu veux m’en croire,
          Ce goût
Ne me plaît pas beaucoup, beaucoup,
          Et tout
Ce que je peux pour toi, c’est boire
          Un coup.