Page:Richepin - La Mer, 1894.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
90
la mer


Après lui d’autres, lents, lourds,
Au corset de blanc velours,
Aux ailes d’hermine blanche,
Un, cent, mille, millions,
Tourbillon de papillons,
Papillons en avalanche.

C’est la neige doucement
Qui croule du firmament.
Elle y dormait paresseuse
Sur le nid qu’elle couvait.
Et sans bruit son fin duvet
Descend dans l’onde mousseuse.

Les flocons mêlant leurs nœuds
Font le ciel jaune et laineux ;
Mais la mer est purpurine
Et scintille par-dessous
Comme de l’éclat dissous
Jailli d’une aube marine.

Ténébreux est le plafond ;
Mais en bas l’ombre se fond
Aux feux de cette aube étrange
D’où la lumière à présent
Monte et fuse en s’irisant
Sur ce coton qui s’effrange.