Page:Richepin - La Mer, 1894.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
314
la mer


Tous, tous, à la mère antique
Chantons un pieux cantique !
Chantons l’hymne de nos Fois
À l’aïeule vénérée
Qui nous créa, qui nous crée
Aujourd’hui comme autrefois.

Qu’en cet hymne d’harmonie
Saintement soit réunie
Pour baiser ses cheveux blancs
Toute sa famille en fête,
Tous ceux dont la chair est faite
De la sueur de ses flancs !

Tous, les oiseaux de l’espace,
La colombe et le rapace,
Les ruminants aux grands yeux,
Toutes les races mêlées,
Les chanteurs, lyres ailées,
Les poissons silencieux.

Les reptiles nus et chauves,
Les moutons bêlants, les fauves
Dont le cuivre retentit,
L’éléphant et la phalène,
Tous, tous, tous, de la baleine
À l’infiniment petit !

Tous, tous, tous, qu’ils chantent celle
D’où leur vie à tous ruisselle,
Et dans ce chœur d’animaux,