Page:Rimbaud - Reliquaire, poésies, Genonceaux, 1891.djvu/126

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



ÂGE D’OR


Quelqu’une des voix
Est-elle angélique
Il s’agit de moi,
Vertement s’explique

Ces mille questions
Qui se ramifient
N’amènent, au fond,
Qu’ivresse et folie.

Reconnais ce tour
Terte quatorque
{Si gai, si facile
C’est tout onde et flore
Et c’est ta famille